Home > Concerts > CRADLE OF FILTH + ACOD, La Machine du Moulin Rouge, Paris, 25/04/2019

CRADLE OF FILTH + ACOD, La Machine du Moulin Rouge, Paris, 25/04/2019

Cradle of filth la machine du moulin rouge 25/04/2019

Voilà 20 ans que le légendaire groupe de metal extrême CRADLE OF FILTH a sorti l’une de ses plus belles œuvres, une qui m’aura considérablement marqué dans mes premières années de metalhead : “Cruelty And The Beast”. Un magnifique opus à l’ambiance gothique, romantique et vampirique magistralement composée. Pour mon tout premier concert des anglais, quelle joie donc de pouvoir vivre en live l’intégralité de l’album en question à l’occasion de son vingtième anniversaire ! L’équipe de Metal France était sur place pour vous conter cette soirée.

 

Concert de Cradle Of Filth et d'ACOD à La Machine du Moulin Rouge le 25/04/2019

 

Pour bien nous mettre en condition avant la bande à Dani Filth, il nous fallait d’abord compter sur le groupe d’ouverture, j’ai nommé les français d’ACOD. Officiant dans un death metal lourd et mélodique, subtilement saupoudré d’une touche black metal, les gars nous préparaient à vivre une soirée définitivement portée sur le metal extrême. Qui plus est, ils décidaient, tout comme la tête d’affiche, de concentrer leur set sur un seul album, soit leur dernier en date, “The Divine Triumph” sorti en 2018.

Sur scène, le groupe est bien en place, les musiciens restant sur leurs positions pendant la majorité du concert. Mais on ne leur reprochera pas cette relative immobilité tant la lourdeur et la brutalité de la musique installe d’emblée une ambiance noire et pesante. Les guitares alternent entre un riffing incisif et glacial et des arpèges apportant aux morceaux des séquences atmosphériques intéressantes, tandis que le vocaliste growle toute sa rage au micro et tente à plusieurs reprises de chauffer le public. Ce dernier attendra finalement les derniers morceaux pour animer la fosse.

On passe honnêtement un bon moment avec ACOD : le groupe a bien bossé ses titres et je n’ai aucune peine à bouger la tête sur les rythmiques proposées, notamment grâce à une batterie plus présente que le reste et qui n’hésitera pas à mettre un peu plus de folie au set des français. Car justement, malgré une touche mélodique plaisante et des percussions qui sauront dynamiser les morceaux, on aura du mal à s’extasier devant les compositions, restant efficaces dans leur registre death de base mais bien trop classiques dans leur riffing. Aucun titre ne ressort vraiment de l’ensemble, le tout sonnant bien trop commun… Et c’est dommage car on perçoit vraiment le potentiel du groupe, mais il leur faudra nous balancer encore plus de magie pour la suite.

 

SETLIST

1. Omnes Tenebrae

2. Road To Nowhere

3. Broken Eyes

4. Between Worlds

5. Tristis Unda

6. Fleshcell

7. Sleeping Shores

 

ACOD ayant réussi à chauffer la salle, il était temps d’accueillir les anglais de CRADLE OF FILTH et leur album “Cruelty And The Beast” ! L’ambiance devient tamisée, les acclamations du public se font insistantes et voici que résonne très certainement l’une des meilleures introductions musicales du groupe : Once Upon Atrocity. Installant dès le début une atmosphère gothique et froide, le titre annonce la couleur et lance enfin l’aventure “Cruelty And The Beast”.

La formation investit la scène et déroule sans pitié et avec expérience Thirteen Autumns And A Widow et Cruelty Brought Thee Orchids, deux morceaux aux orchestrations sublimes et aux riffs légendaires. En parlant de ces derniers, on discernera parfaitement chaque rythmique, chaque lead, chaque solo, alors que Dani Filth nous laissera entendre son chant à la fois growlé et hurlé. Toujours un délice, même si, avec les années, on ne pouvait pas s’attendre à la même beauté des vocalises de l’album, ce dernier datant de 1998 !

 

Les titres s’enchaînent et je me revois sur chaque note écouter pour la première fois le disque il y a déjà 10 ans de cela… Les sensations sont là, surtout que le groupe renvoie une énergie très positive, avec un Dani plutôt remuant, tout comme la paire de guitaristes, qui n’hésite pas à alterner de côté et à se rapprocher du public de façon menaçante pendant leur jeu. La batterie matraque à volonté, et pourra se faire plaisir à de maintes fois durant le concert. Seul les claviers pouvaient parfois se retrouver un peu noyés parmi les autres instruments et ne pas se faire entendre, ce qui était dommage selon les parties musicales concernées. En revanche, on pouvait apprécier le chant féminin de Lindsay Schoolcraft en backing vocals, telle une Lilith en puissance.

Les anglais avaient décidé de finir sur quelques titres de leur nouvel album qui, pour moi, comme sur l’opus en question, ne m’ont pas fait vibrer plus que ça. En revanche, Saffron’s Curse de l’album “Midian” était une fin parfaite, même si dans la rapidité d’exécution, un petit Gilded Cunt n’aurait pas été de trop !

 

SETLIST

1. Once Upon Atrocity

2. Thirteen Autumns and a Widow

3. Cruelty Brought Thee Orchids

4. Beneath the Howling Stars

5. Venus in Fear

6. Desire in Violent Overture

7. The Twisted Nails of Faith

8. Bathory Aria: Benighted Like Usher / A Murder of Ravens in Fugue / Eyes That Witnessed Madness

9. Portrait of the Dead Countess

10. Lustmord and Wargasm (The Lick of Carnivorous Winds)

11. Malice Through the Looking Glass

12. Heartbreak and Seance

13. Wester Vespertine

14. Saffron’s Curse

 

Pour résumer, une très bonne soirée, avec un CRADLE OF FILTH qui aura comblé toutes mes attentes ! ACOD était une belle découverte, mais CRADLE OF FILTH était une ambiance et une boule d’énergie à lui tout seul. Quel plaisir cela a été de voir tous ces titres de mon enfance de metalhead interprétés enfin sur scène ! Et le fait d’avoir pu profiter du bon son procuré par La Machine du Moulin Rouge y a aussi fait pour beaucoup dans l’ambiance fort sympathique du concert.

_______________

Photos : Matthieu Lelièvre – Acta Infernalis | French Metal
Facebook : https://www.facebook.com/ActaInfernalis/ https://www.facebook.com/frenchmetalwebzine
Instagram : https://www.instagram.com/actainfernalis/

You may also like
baest-band
BAEST – Lasse Revsbech, 15/10/2019
Summerbreeze affiche finale
SUMMER BREEZE OPEN AIR 2019
russell allen de symphony x à paris en 2019
SYMPHONY X + SAVAGE MESSIAH, la Machine du Moulin Rouge, Paris, 07/06/2019
gohrgone-in-oculis
GOHRGONE – In Oculis

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.