Home > Chronique > ENTROPY ZERO – Mind Machine

ENTROPY ZERO – Mind Machine

8,5/10

Contacté par le groupe, j’avoue avoir été piqué dans ma curiosité. Amateur de musiques expérimentales, je me suis jeté sur ce premier EP de 5 titres. Et grand bien m’en a pris car dès la première minute, je n’avais plus trop de doute sur le contenu de ma chronique qui allait être extrêmement positive.

Que cache ce « Mind Machine » à la pochette sublime ?
Pas mal de choses. Le groupe s’inspire allègrement de la synthpop des années 80, qui vit d’ailleurs un gros revival ces derniers temps. Mais limiter leur musique à ça serait affreusement réducteur. En effet, le leader et principal compositeur du groupe, caché derrière le mystérieux sobriquet F-2301, est à l’aise sur à peu près tous les terrains.
A l’expérimentalisme de la new wave, les compos adjoignent la froideur industriel d’un Trent Reznor et un travail de synthé hallucinant que n’aurait pas renié Giorgio Moroder.

Jamais complètement metal, pas entièrement electro sans jamais renier aucun des deux mondes, la musique de ENTROPY ZERO s’affranchit des barrières stylistiques pour proposer un son ultra personnel et surtout extrêmement varié.
Lorgnant allègrement vers la synthpop avec Memory Process, la suite Behind The Disrupted Pulsar semble tout droit tiré de la BO d’un film futuriste, tandis que Exo penche carrément vers le jazz. Niveau variété on est servi, mais jamais l’ensemble ne perd en cohérence.

Car si chaque titre explore un univers différent, « Mind Machine » est bien un tout harmonieux. L’EP se vit comme un voyage : un seul pays mais une grande diversité de paysages.
Périple qui s’achève sur le brillantissime Pretty Little Dead Thing. Des chœurs poignants et un travaille immense de clavier/percus venant servir un magnifique solo de lead guitare. Une nouvelle preuve que la technique n’est rien sans une qualité de song writing à la hauteur.

Quelle belle surprise que ce premier effort de ENTROPY ZERO ! Sur une base indus/new wave héritée des années 80, le groupe a bâti une musique moderne, personnelle et envoûtante qui devrait faire des émules même au-delà du monde du metal.
Un premier effort d’une maturité impressionnante, qui ne demande que confirmation sur un album.

TRACKLIST :

1. Memory Process
2. Behind The Disrupted Pulsar
3. Exo
4. Brain Control Factory
5. Pretty Little Dead Thing

You may also like
DESASTERKIDS – Superhuman
Iron Maiden au Hellfest le 24 juin 2018
Hellfest – Report (2/2)
Immortal (source Page Facebook du groupe)
IMMORTAL – NORTHERN CHAOS GODS
HELLFEST 2018 – Report (1/2)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.