Home > Festival > Paris Decimation Festival, le Gibus, Paris, 12/05/2019

Paris Decimation Festival, le Gibus, Paris, 12/05/2019

Dysentery au Gibus live en 2019

Après le cataclysme de la veille et une bonne nuit de sommeil, le Paris Decimation Festival reprend de plus belle pour ce deuxième jour, et nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

Nos voisins amiénois d’HURAKAN ont décidé de faire un petit arrêt au niveau de la capitale pour nous présenter son nouvel album « Abomination of Aurokos » .
Tout débute par une invitation à créer le désordre dans la fosse par le chanteur, au retentissement d’une introduction trap. Depuis les débuts du groupe, il s’agit de la première date parisienne où le groupe emploie un batteur et un nouveau bassiste qui, au passage, nous offrent une excellente performance. Au rendez-vous, une lourde intensité déployée dans la musique, une efficacité vocale autant dans les screams que dans les growls, et un final exceptionnel.
Au final, la créature mutante cosmique qu’est HURAKAN nous a propagé sa rage et son animosité !

 

SETLIST
01. Xenometh
02. Cosmophage
03. Warlords of Bos Taurus
04. Earthborn Cattle
05. Maelström of Dark Matter
06. Slamming Brutal Shit

C’est PRAY FOR PAIN qui emboîte le pas pour une grosse demi-heure de brutal death metal.
Pour débuter, une vague de bassdrops, de slaps et de gros riffs violents vient déferler sur le Gibus, immergeant tout ce qui se trouve dans la salle. La voix varie entre screams, growls et pig screams, offrant à la musique une dimension encore plus bestiale. Autre point, c’est l’interaction avec le public qui est excellente et qui fait opposition à la brutalité du set.

 

SETLIST
01. Anatomy
02. Total Castration
03. Martyrs
04. Wasteland
05. Deflowered at Birth
06. Buddan
07. Black Blood

On enchaîne sur PARASITIC EJACULATION, qui se démarque des autres groupes de cette soirée par un death metal technique intégrant des rythmiques groovyUne parfaite exécution des blastsbeats est couplée à une très bonne mise en avant de la basse et des breaks, superbement maîtrisés et bien placés. Au-delà de ça, la puissance vocale et musicale est de mise, et ces messieurs ne sont définitivement pas venus pour faire dans la dentelle, bien au contraire : c’est une averse de parasites qu’on a eu le droit d’avoir ! À la différence des autres membres, le chanteur n’a pas été trop énergique. Seul son humour a pu rattraper les échanges avec le public.

 

SETLIST
01. Nauseating Convergence of Seepage
02. Splitting Abhorrent Flesh
03. Isolation
04. Forsaken Abomination
05. Corporeal Nightmares
06. Esophageal Decay
07. Atrocious Disembodiment
08. Ingesting Disease
09. Slow Torture Puke Chamber

Ça y est, ils sont enfin là ! Après l’annulation de leur date parisienne l’an dernier, ANALEPSY fait son entrée sur scène ! Rien que les premiers riffs transcendent la globalité de la salle qui s’est transformée en marée d’êtres semi-vivants façon Cronenberg. La créature interstellaire vient de poser un pied dans la salle. Le chaos peut commencer, et comment ! À peine une minute écoulée que le premier bassdrop se fait ressentir au plus profond des entrailles… On peut dire que techniquement parlant, les membres sont réglés comme du papier à musique, avec une maîtrise parfaite et une très bonne synchronisation. À l’appel, le bassiste n’a pas répondu présent, ce qui est dommage

 

SETLIST
01. Apocalyptic Premonition
02. The Vermin Devourer
03. Colossal Human Consumption
04. Witnesses of Extinction
05. Titre Inconnu (exclusivité)
06. Halos Of Liquid Infinity
07. Engorged Absorption
08. Eons in Vacuum
09. Atrocity Deeds
10. Viral Disease
11. Genetic Mutations

Laissons place à la maladie infectieuse pour conclure ce festival en beauté, j’ai nommé DYSENTERY. Pour commencer, le chanteur, pris de crises de folie, lance quelques provocations au public, qui s’exécute dans les secondes qui suit. Le jeu de guitare mêlé à la basse et la batterie ne vient que soutenir la brutalité et la violence de la musique. Des influences techniques se font entendre avec des passages beatdown / hardcore très musclés et parfaitement interprétés. Cette dynamique est honorée à chaque titre par le public, qui n’hésite pas à acclamer le groupe, jusqu’à monter sur scène pour participer activement aux festivités !

 

SETLIST
01. Onset
02. Led to Terminal Ignorance
03. Beyond Light, Amongst the Shadows
04. Voice of Deprivation
05. Veiled Narcissism
06. Paranoid Division
07. Genocidal God
08. Within Descending Skies They Will Suffer
09. In Rememberance of the Lifeless
10. Escape Into Orbital Infinity (Dripping cover)
11. Devourer of the Dead
12. Decimation of Fear

RAPPEL
13. Invocation of Parallel Bloodlet
14. Grave Evolution

C’est sur ces derniers accords que le festival s’achève, laissant le public parisien moribond, les oreilles anéanties, le cœur empli d’émotions…

You may also like
THE GATHERING
[THE GATHERING] « 30th Anniversary Tour » @ Petit Bain – Paris
Blackrain sur la scène du Hellfest Open Air 2019
[BLACKRAIN] Nouveau clip « Dying Breed »
Voice of Ruin au Rock Altitude Festival 2018
[VOICE OF RUIN] Nouveau clip « Thanatophobia »
cover awakening du groupe sacred reich
SACRED REICH- Awakening

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.