Home > Chronique > STEEL PROPHET- The God Machine

STEEL PROPHET- The God Machine

the god machine du groupe STEEL PROPHET

STEEL PROPHET, groupe de power metal, revient six ans après leur dernier méfait nommé Omniscient. Avec « The god machine ». J’avoue ne pas connaître ce groupe, aussi après quelques « fouilles » , j’ai appris qu’il est Américain, né en 1983 et qu’il semble sortir des albums assez régulièrement. Seul membre encore vivant des débuts, on y trouve l’excellent guitariste Steve Kachinsky. Après la bio a beaucoup appuyé sur le fait qu’il y a un nouveau chanteur en la personne de R.D. Liapakis, et c’est tant mieux, car il parait que son prédécesseur, Rick Mythiasin, n’était pas génial, génial.

 

 

Il faut dire que le timbre de voix du « petit nouveau » a de quoi interpeller, c’est une sorte de mix entre Dio et Bruce Dickinson. De plus, leur heavy metal , me fait penser, de titre en titre, à un tas de groupes et pas des moindres. Alors dans ce qui va suivre, j’ai forcé le trait des comparaisons, mais je vous jure qu’il y a de cela, pas dans l’entier des compostions, mais dans une intonation de voix, une intention, un petit riff par-là un tempo par ci. The God Machine, est un speed heavy qui aurait pu être écrit par JUDAS PRIEST. Damnation Calling m’a fait penser à un vieux BLACK SABBATH époque Dio et Soulhunter aurait pu être un IRON MAIDEN. Le riffs principal de Lucifer/The Devil Inside est vraiment thrashy quant à Life=Love=God Machine, on est parfois pas loin de DEEP PURPLE. Le rapide Crucify, rappelle un peu une certaine flagrance RAINBOW.

 

 

On y trouve aussi des ballades et des titres comme Fight, Kill qui sortent un peu du lot de part leur nomenclature. Ce n’est pas désagréable surtout que les musiciens sont bons, à commencer par les guitaristes et ça se ballade avec un peu de nostalgie dans les années 70/80’. Après, la voix du chanteur est pour beaucoup dans la brillance de cet album. Ce n’est pas du copié/collé, et encore une fois, il est utile de rappeler que mes comparaisons sont à prendre avec des pincettes. C’est plutôt un album nostalgique d’une certaine époque ou le heavy metal régnait en maître. Certains apprécieront et d’autres diront : « Tu es poussière retourne à la poussière ». 

 

TRACKLIST:

01. The God Machine
02. Crucify
03. Thrashed Relentlessly
04. Dark Mask (Between Love And Hate)
05. Damnation Calling
06. Soulhunter
07. Buried And Broken
08. Lucifer – The Devil Inside
09. Fight, Kill
10. Life = Love = God Machine 

You may also like
Angel de redemption
REDEMPTION- Angel
Dysentery au Gibus live en 2019
Paris Decimation Festival, le Gibus, Paris, 12/05/2019
Affiche de l'Amphi Festival 2019 à Cologne
[AMPHI FEST 2019]
Affiche du concert de Lionheart à Lyon au CCO
[LIONHEART] Concert à Lyon

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.