Home > Chronique > TAMBOURS DU BRONX -W.O.M.P

TAMBOURS DU BRONX -W.O.M.P

« W.O.M.P », le nouvel album des TAMBOURS DU BRONX sort le 19 octobre et au programme de ce nouvel opus, ceux qui ont joué avec SEPULTURA, qui se sont produit en première partie de gens comme Jimmy Page et Robert Plant, METALLICA, ALICE IN CHAINS, nous proposent, sans quitter les racines de ce qui fait leur aura depuis 1987, un groupe inédit! Il y a deux membres des TAMBOURS DU BRONX qui passent à la guitare électrique, un troisième à la basse tandis qu’on y retrouve Franky Constanza (BLAZING WAR MACHINE et ex-DAGOBA) à la batterie, Stéphane Buriez (LOUBLAST) et Reuno (LOFOFORA) au chant ainsi qu’Arco Trauma au clavier. Le résultat est… Vraiment détonnant.

 

 

« Delirium demain » ouvre la bal avec un Reuno en pleine forme, balançant ses mots de charbon et de braise, accompagnée par des riffs qui, sur ce titre, auraient pu être écrit par LOFOFORA sans aucun problème. Le front man explose sa verve, derrière son micro, que ce soit pour « Miracle eternel » aux contours arabisants ou bien sur « L’un des nôtres » qui ferme admirablement ce cd ; et on l’imagine sur ce titre, en live, haranguant la foule, et l’incitant à rejoindre les rangs des démons musicaux. En fait Reuno, se paye la part du lion et ça passe comme une lettre à la poste… Une lettre oblitérée aux couleurs noires d’une race humaine en pleine déperdition.

 

 

Quand « Never dead » s’accroche à vos oreilles, c’est un Burriez inquiétant, qui, en anglais, vous déclame une composition  oscillant entre une sorte d’indus metal mécanique et tranchant, mâtiné d’une coloration death, ce qui est d’ailleurs souvent le cas quand sur cet album, il prend le micro. Dans ces moments-là, un malaise martèle votre âme comme une litanie grinçante. Tout au long de cet album, entrecoupé d’interludes électro aux ambiances doucement teintées d’une certaine angoisse, les TDB flirtent aussi bien avec du death melo comme pour  « Le mal », qu’avec des ambiances indus, tel ce « Nex day » que n’aurait pas renié un vieux MASS HYSTERIA. Ils y posent aussi un peu de rock (l’un des nôtres), avec une sacrée louche de mélodie entêtantes, le tout enveloppé de puissance metal et d’une flagrance inquiétante qui traverse cet album de part en part.

 

 

Et puis…. Il y a les tambours qui font un sacré Bronx (je sais, elle est nulle.). Ils sont là, derrière les voix et les instruments « classiques », donnant un souffle, un relief unique en son genre, boostant les compositions d’une pulsation unique. Alors… Un album qui vaut son pesant d’or. Perso , j’ai craqué de suite, mais sur la longueur, je me suis pris une bonne claque, car on pénètre dans un univers vraiment à part, qui doit être génial à découvrir en live. Ah si, encore un mot… Leur version de  ” requiem pour un con ” est vraiment bien tournée, vous savez cette chanson jouée dans le film « Le pacha « est écrite par un certain SERGE GAINSBOURG ! Tout est dit.

 

TRACKLIST:

1.delirium demain

2. desert night road

3. Never dead

4.Jour de colère

5.Le mal

6.Dunes of ahes

7.Miracle eternel

8.tainted with anger

9.Noir

10.Wolf smile black

11.Pray

12.Le festin

13.Shakin heat

14.Divine disease

15.The day is my enemy

16.New day

17.The seven organs of revelation

18. requiem pour un con

19.Nos blessures

20.L’un des notres

 

 

 

You may also like
WARKUNT- Of Ruins and Agony
Lucie Lenoir en concert au Novotel de Paris Bercy le 06/12/18
Lucie Lenoir, Novotel Paris Bercy, Paris, 06/12/2018
HELSOTT- Slaves and gods
DEATH DECLINE – The Thousand Faces Of Lies

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.