Home > Chronique > WARPATH- Filthy Bastard Culture

WARPATH- Filthy Bastard Culture

L’efficacité allemande n’est pas un vain mot. On pourrait même y rajouter la diversité, car à l’écoute de ce nouvel album du groupe WARPATH qui a pour nom « Filthy Bastard Culture », j’avoue être surpris par rapport à la musique de ce combo qui est né à Hambourg, en 1991, même si les genres abordés n’ont rien d’exceptionnels. Mais j’y reviendrai. Pour l’instant, un peu d’histoire : après avoir sorti quatre albums : « When War begins Truth disappears » (1992), « Massive » (1993), « Against everyone » (1994) « Kill your Enemy » (1996) , ils se séparent en 1998. Puis Dirk Dicker Weiss, le chanteur, reforme le groupe en 2015 avec un nouveau line up. Ils signent alors chez Massacre Records et de cette union, né « Bullets for a Desert Session » en 2017.

 

 

Voilà, en ce qui concerne cette nouvelle galette, on y trouve d’un coté un thrash plutôt heavy moderne, speed et puissant (Violent Star, Unbroken Soul), médium (Killing Fields) ou légérement crossover aux entournures (F.U.). « Into the Dark » au refrain accrocheur possède même un certain groove, quant à « Filthy Bastard Culture », son riff principal est lancé à pleine vapeur un peu dans l’état d’esprit d’un vieux KMFDM ! À coté de cela, et c’est là où j’ai été surpris, des titres comme « Believe in Me » ou « Slow Motion Violence » sont carrément à ranger dans la gamme d’un doom martial et massif ! Et quand « St. Nihil » débarque, on se croirait dans un morceau de sludge, d’un côté pour le tempo lent, de l’autre pour le chant assez hardcore de « DirkDicker” Weiss ». n’oublions pas non plus «Below the Surface », inquiétant et massif.

 

 

Les deux titres bonus de l’édition digipack valent aussi d’être écouté. « Nebelkrähe » est pesant, inquiétant, majestueux et son chant en allemand rappelle un peu RAMMSTEIN. Quant à « For the First Time » il est speed un peu comme un thrash punk et fini par une orchestration sympho genre musique de film. D’ailleurs en parlant de sympho, il y en a sur le très bon « Filthy Bastard Culture ». Bref, je pensais m’engouffrer dans un album plutôt thrash, mais j’y ai découvert d’autres chemins, traditionnels certes, inattendus parfois. En conclusion, c’est du gros son qui ne fait pas semblant au service de compositions hétéroclites et inspirées.

 

 

TRACKLIST

1. The World Beyond (Intro)

2. Unbroken Soul

3. Back To Zero

4. Filthy Bastard Culture

5. Believe In Me

6. Into The Dark

7. Killing Fields

8. Below The Surface

9. F.U.

10; Violent Starr

11. Slow Motion Violence

12. St. Nihil

13. Nebelkrähe (Digipak Bonus)

14. For The First Time (Digipak Bonus

 

 

 

 

 

 

 

 

You may also like
WARKUNT- Of Ruins and Agony
Lucie Lenoir en concert au Novotel de Paris Bercy le 06/12/18
Lucie Lenoir, Novotel Paris Bercy, Paris, 06/12/2018
HELSOTT- Slaves and gods
DEATH DECLINE – The Thousand Faces Of Lies

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.