Home > Chroniques > GODSMACK – When Legends Rise

GODSMACK – When Legends Rise

 

Des millions d’albums vendus, des hits en pagaille pour le groupe Américain GODSMACK et en 20 ans d’existence une certaine particularité qui émaille ce nouvel album « When Legends Rise ». Le chanteur Sully Erna aurait déclaré que cet opus est marqué du sceau d’un pseudo « renaissance ». Il s’est inspiré de sa vie et d’événements qui l’auraient obligé à faire table rase, dans son environnement, d’influences néfastes. Je veux bien le croire.néfastes. Je veux bien le croire.

Je ne connais d’eux que l’album « 1000hp » et j’avais écrit à l’époque concernant cet opus, je cite : « Plutôt encensé aux USA, mal connue en France, cette formation a pourtant des arguments de poids…. Leur style ? À l’époque, on parle de néo metal et ils sont affiliés à la scène KORN, DEFTONES. Après leur musique semble avoir évolué et dans ce nouvel opus, ils sont plutôt proches d’un gros heavy rock à la sauce US. » En ce qui concerne leur nouvel offrande, la formule n’a pas changé si ce n’est qu’ils flirtent parfois avec un coté mélodieux pop/rock comme sur des titres tels que « Every Part of me », « Bulletproof ». Cependant même sil y a des morceaux comme « Under Your Scars », ballade piano/violons qui me gavent un peu, ils savent vraiment pondre de bonnes compositions. Bien sûr, il y a le côté convenu de ce genre de musique, qui se fait alterner refrains accrocheurs et gros son (Let It Out) mais ils maîtrisent parfaitement cet art avec un truc en plus : la véracité de leur propos ; au-delà de leur emballage, il y a de la tripe et du sentiment. Écoutez « Unforgettable » avec ces « oh oh oh. Chez certains, cela aurait donné un goût de rance, de sucrerie écœurante, mais eux s’en sortent avec une « chanson » pleine de relief.

 

De plus, ils savent, sous couvert de la même formule varier leurs compositions. Un peu de percus sur « When Legends Rise », une touche d’électro quand arrive « Bulletproof », un filet d’inquiétude sur « Just One Time », du gros riff à l’écoute de « Every Part of me », une intonation à la JAMES HETTFIELD quand le chant entame « Say My Name ». Bref du bon boulot quoique tout ne soit pas ma tasse de thé, histoire de goût, mais dans leur catégorie, je pense que les fans devraient y trouver leur plaisir.

You may also like
Paleo Festival 2018
43e édition du Paléo Festival
Immortal (source Page Facebook du groupe)
IMMORTAL – NORTHERN CHAOS GODS
HELLFEST 2018 – Report (1/2)
BURNING FLESH – « Human Flesh Fertilizer »

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.