Home > Chronique > WHILE SHE SLEEPS – So What ?

WHILE SHE SLEEPS – So What ?

While She Sleep - So What ?

Difficile de nier que l’ascension de WHILE SHE SLEEPS a été fulgurante. En l’espace de trois albums, la bande de Sheffield a su installer son metalcore frais et rageur dans le paysage metal international. Au point de ne plus être perçu comme une valeur montante, mais bien comme une locomotive pour un style qui piétine depuis maintenant plusieurs années.
En passant d’outsider à leader, on pouvait se demander si le groupe allait avoir les épaules assez solide pour retranscrire musicalement toutes ces belles promesses.
Ce qui nous amène à So What ?, cette quatrième offrande destinée à mettre tout le monde d’accord sur leurs immenses capacités.

En fait de consensus, il parait évident dès le premier titre que les anglais vont plutôt créer des débats à n’en plus finir.
Evolution stylistique cohérente ou opportunisme melodico-commercial ?
Comme tant de groupes du genre avant eux, les britanniques ont adoucis sensiblement leur musique pour proposer un album bien plus accessible que les précédents.

Rien d’étonnant vous me direz, on sentait déjà sur You Are We ce glissement vers une musique moins rageuse. On va ici tout de même beaucoup plus loin, et franchement pas toujours pour le meilleur.
Parlons déjà de cette omniprésence du chant clair. Sans être désagréable, ce n’était déjà pas le point fort du combo quand il était utilisé avec parcimonie. Maintenant qu’il est tartiné avec entrain sur absolument tous les morceaux, il fait tout simplement perdre en impact à la quasi totalité des compos. Un vrai drame quand on connait la capacité indéniable du combo à proposer des titres rentre-dedans ultra efficaces et sauvages.

Ce point de chant n’est pas contrebalancé par les growls de Lawrence Taylor. Sans être poussifs, ils semblent légèrement moins rageurs, moins agressifs quand par le passé. De fait, c’est toute la schizophrénie vocale qui perd en saveur.

Dernier grief et pas des moindres, l’évolution stylistique est affreusement prévisible.
Qui aujourd’hui trouvera encore original un poids du chant clair renforcé ? L’ajout d’éléments électroniques ?  La présence de chœurs jusqu’à en vomir ?
Il semblerait que tous les groupes du style en recherche de renouvellement vont dans la même direction…
Le spectre de BRING ME THE HORIZON plane d’ailleurs sur ce nouvel effort de WHILE SHE SLEEPS. Inquiétant quand on voit le niveau de Amo.

Si tout l’album n’est pas d’un niveau homogène, le groupe propose néanmoins ici les pires titres de sa discographie.
Comment un groupe qui a écrit « Silence Speaks » ou « Seven Hills » a pu composer les infâmes « Gates Of Paradise » ou « Elephant » ? Mystère…
Toujours est-il que quand le groupe se vautre, il ne fait pas semblant.

Après tout ça, vous pourriez attendre une conclusion priant pour des jour meilleurs, assortie d’une note punitive.
Et pourtant, je n’arrive pas à détester complètement cet album. Une raison simple : les plus grandes force du groupe sont toujours bien présentes.
Depuis leurs débuts, les anglais brillent par un sens de la mélodie extraordinaire concrétisé par une grande originalité dans l’écriture des riffs. Même en plein marasme, ces attributs s’expriment encore et sauvent l’album du naufrage.
On se prend alors à apprécier des titres en apparence ratés comme « The Guilty Party », « Set You Free » ou le bon « Back Of My Mind » qui aurait eu sa place sur You Are We.
On sent encore cette rage bouillonnante qui ne demande qu’à s’exprimer, rendant chaque seconde d’écoute extrêmement frustrante.

Quelle déception ! Au moment-même où le groupe a le monde à ses pieds, et n’a plus qu’à transformer l’essai, il se viande lamentablement en proposant un album opportuniste et sans saveur. Si WHILE SHE SLEEPS échappe à l’accident industriel total, ce n’est que grâce à son écriture mélodique, qui ne s’est heureusement pas fait la malle avec leurs couilles.
On oubliera tout de même au plus vite cet album, indigne d’un groupe de ce talent.

TRACKLIST

1. Anti-Social
2. I’ve Seen It All
3. Inspire
4. So Wat ?
5. The Guilty Party
6. Haunt Me
7. Elephant
8. Set You Free
9. Good Grief
10. Back Of My Mind
11. Gates Of Paradise

You may also like
cover wait for dawn du groupe jifriya
JIRFIYA- Wait For Down
THE GATHERING
[THE GATHERING] « 30th Anniversary Tour » @ Petit Bain – Paris
Blackrain sur la scène du Hellfest Open Air 2019
[BLACKRAIN] Nouveau clip « Dying Breed »
Voice of Ruin au Rock Altitude Festival 2018
[VOICE OF RUIN] Nouveau clip « Thanatophobia »

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.